Yukito Kishiro


    Yukito Kishiro est né à Tokyo le 20 mars 1967 et passe son adolescence à Chiba. Dès son plus jeune âge (la légende dit "âge de raison"), il se met à dessiner. Mais contrairement à d'autres, il ne dessine pas d'êtres humains, mais imagine de multiples créatures plus bizarres les unes que les autres. N'utilisant que le crayon, ses premiers mangas amateurs étaient réalisés sur du papier carton, et peuplés de monstres évoluant dans des scénarios très violents et gores. A l'école primaire il réalise sur 17 cahiers d'école un manga dont le personnage principal est encore un monstre pilotant un robot géant. C'est à ce moment que l'idée d'imaginer un univers post-apocalyptique lui titille quelque peu les neurones. En entrant au collège, il achète plume et encre, mais la technique qu'il faut utiliser est complètement différente et il laisse de côté ces outils de professionnel, manquant de persévérance. Il dessine 300 pages au crayon avec une foule de monstres. N'ayant jamais dessiné d'humains il continue dans les créatures. C'est au lycée et après avoir pris son mal en patience que Yukito dessine à la plume. On y aperçoit enfin des personnages humains. Ces 280 pages font partie d'un projet de 1000 qui ne verra jamais le jour. En troisième année de lycée, il envoie à un éditeur un manuscrit qui obtient le prix des jeunes dessinateurs de Shogakukan en 1984 avec Kikai. Puis, il enchaîne sur plusieurs histoires courtes pour un fanzine. Il en créé d'ailleurs un lui même avec Out Rigger. Après ces quelques expériences en fanzinat, il débute professionnellement en 1988 avec Bugbuster qui, paradoxalement, est une commande d'un fanzine. Puis c'est l'avalanche de titres avec Kaiyosei (32p-Shogakukan), Hito (31p-Kadokawa Shoten), Dai Majin (40p-Shogakukan), Mirai Tokyo headman (40p-Shogakukan) et Uchu Kaizuku Shonen-Dan (2 fois 30p-Kadokawa Shoten). Dans ces mangas des tonnes d'idées ne sont pas retenues. Qu'à cela ne tienne, il les reprend et les imbrique dans le manga qui suit: Gunnm. On note un goût du mystère dans les scénarios de Kishiro, qui collectionne des romans policiers. Si les scènes de combats et d'actions sont réalistes et dynamiques, cela peut venir du fait que Yukito admire Bruce Lee (inutile de le présenter) et feu Masutatsu Ohyama, qui fut un très grand maître e karaté et fonda l'école Kyokushinkai dans laquelle, les coups sont réellement portés, chose rare dans cet art martial. Ohyama sensei (maître) était déjà à l'honneur en 1972, puisque Shirô Tsunoda s'en était inspiré pour son manga Karate Baka Ichidai. Ces références font du dessin de Yukito Kishiro, une véritable étude soignée des techniques d'arts martiaux.